- Chapitre Publications -

 

 

 

 


 

Principales références des publications faisant suite à des travaux réalisés dans le cadre de l'association GREA :

Yannic, G., Aebischer, A., Sabard, B. and Gilg, O. (2014). [Echec total de reproduction de la mouette ivoire suites a des précipitations inhabituelles dans le Nord Groenland] Complete breeding failures in ivory gull following unusual rainy storms in North Greenland . Polar Research, 33: 22749.

Barraquand, F., Høye, T. T., Henden, J.-A., Yoccoz, N. G., Gilg, O., Schmidt, N. M., Sittler, B. & Ims, R. A. (2014). [Réponses démographiques d’un prédateur territorial aux fluctuations de ses proies : labbe à longue queue et lemmings arctiques] Demographic responses of a site-faithful and territorial predator to its fluctuating prey: Long-tailed skuas and arctic lemmings. Journal of Animal Ecology, 83: 375-387.

Wynn, R. B., Brown, D., Thomas, G., Holt, C. A., Hanssen, S. A., Moe, B. and Gilg, O. (2014). [Voies de migration printanières du labbe à longue queue autour et à travers le Royaume-Uni – résultats d’observations et de suivi télémétrique] Spring migration routes of Long-tailed Skuas around and across the UK – results of observational and tracking data. British Birds, 107: 220-228.

Gilg, O., Moe, B., Hanssen, S. A., Schmidt, N. M., Sittler, B., Hansen, J., Reneerkens, J., Sabard, B., Chastel, O., Moreau, J., Phillips, R. A., Oudman, T., Biersma, E. M., Fenstad, A. A., Lang, J. & Bollache, L. (2013). [Voies de migration trans-équatoriales, sites de stationnement et zones d’hivernage d’un prédateur avien du Haut-Arctique le labbe à longue queue] Trans-Equatorial Migration Routes, Staging Sites and Wintering Areas of a High-Arctic Avian Predator: The Long-tailed Skua (Stercorarius longicaudus). PLoS ONE, 8: e64614.


Eidesen, P. B., Ehrich, D., Bakkestuen, V., Alsos, I. G., Gilg, O., Taberlet, P. & Brochmann, C. (2013). [Cartographie génétique des grandes voies de dispersion des plantes Arctiques] Genetic roadmap of the Arctic: plant dispersal highways, traffic barriers and capitals of diversi)ty. New Phytologist, 200: 898-910.


Schmidt, N. M., Ims, R. A., Høye, T. T., Gilg, O., Hansen, L. H., Hansen, J., Lund, M., Fuglei, E., Forchhammer, M. C. and Sittler, B. (2012). [Réponse d’une guilde de prédateurs arctiques à l’effondrement des cycles de lemmings] Response of an arctic predator guild to collapsing lemming cycles. Proceedings of the Royal Society B: Biological Sciences, 279: 4417-4422.

Les expéditions et le laborieux travail de terrain chaque été portent leurs fruits et sont valorisés dans des revues scientifiques internationales (cliquez pour télécharger le résumé 2009-2012)

Gilg, O., et al., Climate change and the ecology and evolution of Arctic vertebrates. Annals of the New York Academy of Sciences, 2012. 1249: p. 166-190. télécharger le résumé

Gilg, O. and N.G. Yoccoz, Explaining bird migration. Science, 2010. 327: p. 276-277. télécharger l'article ou le résumé

Gilg, O., B. Sittler, and I. Hanski, Climate change and cyclic predator-prey population dynamics in the high-Arctic. Global Change Biology, 2009. 15: p. 2634–2652. télécharger le résumé

Post, E., et al., Ecological Dynamics Across the Arctic Associated with Recent Climate Change. Science, 2009. 325(5946): p. 1355-1358. télécharger le résumé

Sittler, B., A. Aebischer, and O. Gilg, Post-breeding migration of four Long-tailed Skuas (Stercorarius longicaudus) from North and East Greenland to West Africa. Journal of Ornithology, 2011. 152: p. 375-381. télécharger le résumé

Yannic, G., et al., Description of microsatellite markers and genotyping performances using feathers and buccal swabs for the Ivory gull (Pagophila eburnea) Molecular Ecology Resources, 2011. 11: p. 877-889. télécharger le résumé

Gilg, O., et al., Post-breeding movements of the northeast Atlantic ivory gull Pagophila eburnea populations. Journal of Avian Biology, 2010. 41(5): p. 532-542. télécharger le résumé

Gilg, O., et al., Status of the endangered Ivory Gull, Pagophila eburnea, in Greenland. Polar Biol., 2009. 32(9): p. 1275-1286. télécharger le résumé

Wang, H., et al., The roles of predator maturation delay and functional response in determining the periodicity of predator-prey cycles. Mathematical Biosciences, 2009. 221: p. 1-10. télécharger le résumé

Boertmann, D., K. Olsen, and O. Gilg, Ivory gulls breeding on ice. Polar Record, 2010. 46(1): p. 86-88. télécharger le résumé

Gilg, O., Sittler, B., Sabard, B., Hurstel, R., Sané, R., Delattre, P. & Hanski, I. 2006. Functional and numerical responses of four lemming predators in high arctic Greenland. Oikos 113:193-216. télécharger l'article

Gilg, O., Born, E.W. 2005. Recent sightings of the bowhead whale (Balaena mysticetus) in Northeast Greenland and the Greenland Sea. Polar Biol. télécharger l'article

Gilg, O., Hanski, I., Sittler, B. 2003. Cyclic Dynamics in a Simple Vertebrate Predator-Prey Community. Science 302 : 866-868. télécharger l'article

Hurstel, A. 2003. La prédation du Labbe à longue queue (Stercorarius longicaudus) et son impact sur les populations de Lemming à collier (Dicrostonyx groenlandicus) dans le Haut-Arctique (Groenland). Mémoire de diplôme. Montpellier: Ecole Pratique des Hautes Etudes, 71p. + annexes.

Gilg, O. 2002. Fluctuations cycliques du Lemming à collier (Dicrostonyx groenlandicus, Trail 1823) au Groenland : un modèle paramétrique pour les interactions prédateurs-proies. Thèse de Doctorat. Besançon : Université de Franche-Comté, 166p.

Gilg, O. 2002. The summer decline of the collared lemming (Dicrostonyx groenlandicus) in high arctic Greenland. Oikos 99(3): 499-510.télécharger l'article

Sittler B., Gilg, O., Berg T.B. 2000. Low abundance of King eider nests during low lemming years in Northeast Greeland. Arctic 53(1): 53-60. télécharger l'article

Gilg O., Sané R., DIANA v. Solovieva D., Pozdnyakov V.,Sabard B., Tsanos D., Zöcler C., Lappo E., Syroechkovski E., Eichhorn G. 2000. Birds and Mammals of the Lena Delta Nature Reserve, Siberia. Arctic 53(2): 118-133. télécharger l'article

Sittler B. 1995. Response of stoat (Mustela erminea) to a fluctuating lemming (Dicrostonyx groenlandicus) population in North East Greeland : preliminary results from a long term study. Ann. Zool. Fennici 32: 79-92.

 

Un article d'Olivier Gilg publié dans Science

           Pourquoi certains oiseaux migrent t-ils chaque année vers les régions hostiles et lointaines de l’Arctique ?
Les limicoles arctiques (bécasseaux, pluviers, grands gravelots, tournepierres, etc.), dont de nombreuses espèces migrent à travers la France, peuvent parcourir plusieurs dizaines de milliers de kilomètres chaque année le long de voies de migrations intercontinentales connectant leurs zones d’hivernage méridionales et leurs zones de reproduction polaires.

De nombreuses études ont expliqué par le passé comment ces oiseaux surmontaient les problèmes physiologiques et d’orientation liés à de telles migrations, mais les véritables raisons qui les incitent à migrer restaient pour l’instant obscures. Une étude récente (McKinnon et al., Science 327, 2010), menée dans l’Arctique canadien sur un transect latitudinal de près de 3000 km, vient de mettre en évidence une corrélation négative entre la latitude et le taux de prédation des nids dans la Toundra : plus ces limicoles nichent au nord, moins ils risquent de voir leurs nids prédatés. Pour ces oiseaux, le coût élevé d’une longue migration (besoins énergétiques et risques de mortalité accrus) semble ainsi être compensé par un taux de reproduction plus élevé dans le Nord. Si la pression de prédation est bien le facteur déterminant de la migration de certains oiseaux de l’Arctique, elle façonnerait donc aussi indirectement la biodiversité des écosystèmes terrestres de cette région.

Cette hypothèse, négligée jusqu’à présent par les biogéographes, est confortée par l’étude comparée des aires distribution d’autres espèces arctiques. La répartition des lemmings arctiques, rongeurs formant habituellement l’essentiel des proies des prédateurs terrestres, est exemplaire à cet égard. Au Svalbard et dans le sud et l’ouest du Groenland par exemple, les lemmings sont absents et la forte pression de prédation exercée sur les oiseaux, notamment par le renard polaire, ne permet qu’aux espèces les moins sensibles à la prédation (grand gravelot et bécasseau violet par ex.) de se reproduire. Au contraire, dans le nord du Canada, le nord et l’est du Groenland, la présence des lemmings engendre une réduction de la pression de prédation sur les oiseaux, permettant également la nidification d’espèces apparemment plus sensibles aux prédateurs (Bécasseaux sanderling et maubèche par ex.).

télécharger l'article

télécharger le communiqué de presse du CNRS

 

 

Nous contacter

 
Plan du site
page mise à jour le 18 janvier 2010 par Claire Thiallier